Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Rois Souterrains

CINCINNATI À VERSAILLES - 1er OCTOBRE 2016

2 Octobre 2016 , Rédigé par Les Rois Souterrains Publié dans #LOUIS XVI

 "Du 5 juillet au 2 octobre 2016, à l'occasion des 240 ans de la déclaration d'Indépendance américaine, le château de Versailles met en lumière le conflit durant lequel se sont croisés les destins de trois pays : les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France."

 Un événement commémoratif : Versailles et l'Indépendance américaine.

PIERRE-ALEXANDRE WILLE : LE PATRIOTISME FRANÇAIS OU LE DÉPART (1788)

PIERRE-ALEXANDRE WILLE : LE PATRIOTISME FRANÇAIS OU LE DÉPART (1788)

PIERRE-CHARLES L'ENFANT : ÉTUDE POUR L'INSIGNE DES CINCINNNATI (1783)

PIERRE-CHARLES L'ENFANT : ÉTUDE POUR L'INSIGNE DES CINCINNNATI (1783)

NICOLAS JEAN FRANCASTEL ET CLAUDE JEAN AUDRAN DUVAL, ORFÈVRES : INSIGNE DES CINCINNATI DE GEORGE WASHINGTON, DIT "AIGLE DIAMANTS" 1784 (OR, ARGENT, ÉMAIL, DIAMANTS, ÉMERAUDES ET RUBIS) - INSIGNE DES CINCINNATI DE G. WASHINGTON 1783 (OR ET ÉMAIL) - INSIGNE DES CINCINNATI DE LOUIS-FRANÇOIS-BETRAND DUPONT D'AUBEVOYE DE LAUBERDIÈRE(S) JANVIER 1784 (OR ET ÉMAIL)

NICOLAS JEAN FRANCASTEL ET CLAUDE JEAN AUDRAN DUVAL, ORFÈVRES : INSIGNE DES CINCINNATI DE GEORGE WASHINGTON, DIT "AIGLE DIAMANTS" 1784 (OR, ARGENT, ÉMAIL, DIAMANTS, ÉMERAUDES ET RUBIS) - INSIGNE DES CINCINNATI DE G. WASHINGTON 1783 (OR ET ÉMAIL) - INSIGNE DES CINCINNATI DE LOUIS-FRANÇOIS-BETRAND DUPONT D'AUBEVOYE DE LAUBERDIÈRE(S) JANVIER 1784 (OR ET ÉMAIL)

SABRE D'HONNEUR DE LE PRESTRE DE VAUBAN OFFERT PAR LES CINCINNATI (ACIER, ÉBÈNE, LAITON - FIN XVIIIe)

SABRE D'HONNEUR DE LE PRESTRE DE VAUBAN OFFERT PAR LES CINCINNATI (ACIER, ÉBÈNE, LAITON - FIN XVIIIe)

ANTOINE VAN YSENDIK : PUBLICATION DU TRAITÉ DE PAIX DE VERSAILLES ENTRE LA FRANCE ET L'ANGLETERRE, LE 25 NOVEMBRE 1783 (1837 - DÉTAIL) - BAISER SOUS LES LYS !

ANTOINE VAN YSENDIK : PUBLICATION DU TRAITÉ DE PAIX DE VERSAILLES ENTRE LA FRANCE ET L'ANGLETERRE, LE 25 NOVEMBRE 1783 (1837 - DÉTAIL) - BAISER SOUS LES LYS !

 "Le propos de l'exposition

 La France fut le premier pays à reconnaître l'existence d'une nouvelle nation, les Etats-Unis d'Amérique. Elle se devait de marquer l'événement à Versailles où cette décision fut prise, où la guerre d'Indépendance américaine fut soutenue et où le Traité de Paix avec l'Angleterre fut signé en 1783. L'exposition s'attache à rappeler des faits souvent oubliés qui témoignent des circonstances, de l'ampleur et des conséquences de l'engagement français.

 Tout en reprenant le récit des événements, l'exposition met en lumière un contexte de rivalité franco-anglaise après la guerre de sept ans ainsi que les divisions internes dans les camps français, américains entre « patriotes » et « loyalistes » et anglais contre le traitement infligé aux colons.

 Elle retrace le processus de prise de décisions à Versailles, la personnalité des protagonistes, dont Benjamin Franklin et les lieux précis du Château qui furent le cadre des discussions.

 Enfin, elle explique la mondialisation du conflit qui s’étendit sur les mers, de l’Inde à la côte américaine en passant par la Méditerranée et les pertes humaines dues à la violence et à l’ampleur des batailles, les plus grandes du XVIIIe siècle et du XIXe siècle.

 Des œuvres emblématiques

 La guerre d'Indépendance ayant été interprétée par des artistes des trois pays, des œuvres emblématiques sortent pour la première fois des États-Unis et concourent à illustrer ce discours. La générosité des prêts consentis pour cette exposition est exceptionnelle et pour en donner la mesure, il suffit d’évoquer celui de l’Aigle Diamants de George Washington de la prestigieuse collection des Cincinnati, la plus ancienne société patriotique américaine.

 Une collaboration scientifique internationale

 L'exposition est le résultat d’une collaboration scientifique avec les chercheurs des musées et des universités américains, ceux du Congrès et de la société des Cincinnati ainsi qu'avec les historiens anglais espagnols et français. Le discours de l’exposition s’applique à traiter les différents points de vue afin de dépasser une vision trop univoque des événements.

 La galerie des Batailles

 C’est dans un lieu inhabituel, la galerie des Batailles, qu’est présentée l’exposition, à proximité de la représentation de la bataille de Yorktown, affrontement décisif de 1781. En 1835, un an après la mort de Lafayette, Louis-Philippe en commanda l’image commémorative, montrant ainsi que le souvenir de cette guerre et de ses sacrifices était encore bien présent. Ce souvenir entretenu outre-Atlantique comme une dette de sang explique la ferveur du mot célèbre prononcé en 1917 : Lafayette, nous voilà !"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article