Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Rois Souterrains

ENFIN ALPHONSE VINT PAR DANIEL DE MONTPLAISIR

1 Août 2015 , Rédigé par Les Rois Souterrains Publié dans #LOUIS XX, #ALPHONSE II

LOUIS XX PETIT-FILS DU ROI SOLEIL - DANIEL DE MONTPLAISIR (JACOB-DUVERNET, 2011)

LOUIS XX PETIT-FILS DU ROI SOLEIL - DANIEL DE MONTPLAISIR (JACOB-DUVERNET, 2011)

 Un demi-millier de pages, il n'en fallait pas moins. Louis XX, petit-fils du Roi Soleil est le vade-mecum indispensable pour tout savoir de la légitimité française, sans s'y perdre, depuis le crépuscule de l'époque moderne, prémices de la nuit contemporaine... A le lire, on sent que Daniel de Montplaisir n'a pas boudé le sien pour l'écrire. Style alerte, informations rares et précises, l'Histoire et ses anecdotes très agréablement mêlées : impossible de lâcher ces 500 pages une fois en mains!

 Les Rois Souterrains, en cette Saint Alphonse, vous offrent avec l'autorisation de son auteur quelques lignes de cette œuvre au titre trompeur : plus qu'une biographie, c'est un manifeste!

 (Daniel de Montplaisir et Jean-Paul Clément livreront ensemble un Charles X en septembre.)

 

 Chapitre VI : Enfin Alphonse vint (extraits)

 Les légitimistes l'avaient attendu si longtemps qu'ils n'y croyaient plus. Celui qui allait de nouveau incarner la légitimité comme elle n'aurait jamais dû cesser de l'être, c'est-à-dire non par la survenance d'un homme providentiel, inévitablement de passage, mais par celle d'un homme qui, naturellement, se glisserait dans le flot millénaire de l'histoire de France pour en illustrer la continuité.

 Le prince Alphonse - tous ceux qui l'ont rencontré en témoignent - avait quelque chose de plus. Habité d'un sens aigu de sa dignité, il bénéficiait d'un indiscutable charisme, son charme opérait avant même qu'il eût prononcé le premier mot. Il possédait le plus puissant des atouts : un visage de roi de France. Sa ressemblance avec Louis XV, notamment, était frappante.

(...)

 La scène ressemble à celle d'un début de film américain des années quarante, avec une femme élégante et un monsieur très courtois assis face-à-face dans le compartiment d'un wagon de chemin de fer. Sur la portière, on peut lire CFF-SBB. Le train dessert la ligne Lausanne-Brigue. Nous sommes en août 1944. Emmanuelle de Dampierre accompagne ses deux fils à Villars-sur-Ollon, un village alpin où ils vont passer une semaine de vacances au grand air. L'homme, d'un cinquantaine d'années, s'appelle Georges Cattaui. Derrière ce nom à la consonnance quelque peu interlope pour les milieux traditionalistes, se cache un grand érudit, égyptien d'origine, converti au catholicisme et naturalisé français, gaulliste, historien et homme de lettres, spécialiste de Proust, à qui consacrera plusieurs ouvrages, dont le premier préfacé par Daniel Rops soi-même. La conversation s'engage agréablement. Cattaui sait à qui il s'adresse et expose à Emmanuelle la réalité dynastique dans la maison de Bourbon : son époux en est le chef depuis 1941, consécutivement à la mort du fils aîné d'Alphonse XIII en 1938 puis de la disparition de ce dernier. Ce qui fait de Jacques-Henri l'aîné des capétiens et le légitime héritier du trône de France selon la loi salique. Les tourmentes espagnoles avaient un peu caché tout cela mais le fond demeure.

 Le prince Alphonse, huit ans, a retenu quelques bribes de cette discussion et la découverte du rang de son père s'est alors fixée dans sa mémoire.

GEORGES CATTAUI (1896 - 1974) EN 1931 - NPG Ax143313

GEORGES CATTAUI (1896 - 1974) EN 1931 - NPG Ax143313

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article